Karaté

En japonais « kara » signifie le vide,  « te » est la technique et, par extension, la main avec laquelle on la réalise. On traduit donc souvent karaté littéralement par « la main vide ». Mais c’est une erreur due à une mauvaise interprétation. signifiant « voie », karate-dō signifie « la voie de la main » et du vide ».

Le karaté est basé sur des techniques  utilisant les différentes parties du corps comme des armes naturelles (doigts, mains ouvertes et fermées, avants-bras, pieds, tibias, coudes, genoux, tête, épaules, etc.) en vue de bloquer les attaques adverses et/ou d’attaquer.

Les techniques regroupent des parades, des esquives, des balayages, des projections et des clés. Pour acquérir la maîtrise de ces techniques en combat.

Le shōtōkan, comme les autres arts martiaux, est traditionnellement divisé en trois parties : le kihon ou « fondements », le kumite, et le kata (formes ou modèles des mouvements). Les techniques de shōtōkan dans le kihon et les kata sont caractérisées par des positions profondes et longues qui fournissent la stabilité, mouvements puissants et position renforçant les jambes. La force et la puissance sont souvent démontrées au moyen de mouvements plus lents et plus retenus. Les techniques de kumite reflètent ces positions et mouvements à un niveau moins élevé, et sont davantage « libres » et flexibles.

Funakoshi considérait que les arts martiaux traditionnels (tels que le sumo, le jujitsu et le kenjutsu) concentraient trop leurs formes sur le combat, et il a voulu rendre le shōtōkan moins axé sur le combat et plus sur la santé, la respiration, la libération d’énergie ainsi que la maîtrise du corps et de l’esprit. Pour Funakoshi, « le but réel du Karaté n’est pas la victoire, mais le perfectionnement du caractère ».

Si le karaté shotokan est le plus répondu, il existe néanmoins d’autres styles comme le Wado ryu, Shito ryu, Kyokushinkai, Shidokan, Karaté Contact, etc. 

 

Source: Wikipédia